Mommy : retour sur un film époustouflant

Ce film mélodramatique canadien réalisé par Xavier Nolan est sorti en salles françaises le 08 octobre 2014. On retrouve dans sa distribution les acteurs tels que Viviane Pascal, Antoine-Olivier Pilon, Anne Dorval et plus. Le long métrage de 2h19 mn a obtenu le prix de Jury au Festival de Cannes en 2014. Dans l’histoire, Xavier Nolan est le deuxième plus jeune réalisateur, âgé de 25 ans à l’époque à décrocher ce prix.

Synopsis du film

Le film se déroule au Canada. Il débute en annonçant qu’une nouvelle législation permet aux parents dans une situation financière précaire de confier son enfant ayant un problème sévère de comportement à un hôpital public de l’État. A la scène suivante, on voit Diane Després récupérer son fils Steve, atteint de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) dans le centre de rééducation où il a été expulsé pour cause de comportement dangereux. La mère et le fils forment un duo, entre amour, colères, violences, tendresse, et ont du mal à joindre les deux bouts. Aidés par Kyla, leur voisine d’en face bègue, ils arrivent tant bien que mal tous les trois à s’en sortir financièrement jusqu’au jour où tout déraille avec l’arrivée d’un huissier… Pour voir la bande-annonce c’est par ici.

Critique du film Mommy

C’est un film bouleversant, intimiste et prenant. Xavier Nolan a su manipuler les émotions des différents personnages du bout en bout. Certaines scènes restent à fleur de peau. Elles sont belles, dures, et d’une intensité dramatique incroyable. Dans ce film, les difficultés relationnelles entre mère et fils sont abordées d’une façon prodigieuse. Le rapport explosif entre eux mêle l’amour, la tendresse, la cruauté verbale et la violence physique mais aussi l’humanité. Anne Dorval interprète merveilleusement bien la femme monoparentale quarantenaire vulgaire et courageuse, tandis que son fils hyperactif et violent, joué par Antoine-Olivier Pilon crève l’écran par sa violence. La prestation de la voisine d’en face est tout aussi remarquable. C’est justement par ce jeu d’acteur qui atteint la grâce qu’est le secret du succès de ce film. Chaque acteur colle bien avec son personnage. Le spectateur en passe par toutes les émotions en allant de rire jusqu’à l’indignation ou voire larmes. Côté réalisation, Mommy est réalisé en quasi-totalité dans le format d’image carré 1 : 1. Ce choix peu habituel a l’avantage d’insuffler une impression de claustrophobie qui colle parfaitement au thème. Et dans d’autres plans, l’élargissement de l’écran est un choix judicieux quand les personnages vont mieux dans la vie. Xavier Nolan montre ici qu’il connaît toutes les ficelles du film dramatique. D’ailleurs, on le retrouve son dans la réalisation du scénario, du montage, dans le choix de costumes jusqu’aux sous-titres de ce mélodrame. Il sait également exploiter des rengaines populaires de Celine Dion ou d’Andrea Bocelli pour amplifier le ressenti du spectateur. Le petit bémol du film, c’est qu’il souffre d’une entrée en matière un peu trop vulgaire ainsi qu’une emphase dans la mise en forme esthétique (les ralentis etc.) Bref, Mommy laisse une image forte grâce à ses mises en scènes sans faille, son scénario ainsi qu’à l’époustouflant jeu d’acteurs et à sa fin.

avis-film-mommy

Et pourquoi ne pas regarder celui-ci aussi.