Le papier d’Arménie pour parfumer votre intérieur

L’histoire de ce papier parfumé à la résine de benjoin remonte à la fin du 19e siècle. Les Arméniens les utilisaient pour parfumer les pièces de leur maison. En général, ce papier est présenté en carnets de 36 lamelles détachables. Ces feuilles prédécoupées renferment les marques, la signature, la mention triple. Pour décoller une feuille, il faut la plier en accordéon avant de la mettre sur une soucoupe et l’allumer. On souffle doucement dessus pour éteindre la flamme. Le papier se consume sans flamme lentement et dégage une odeur d’encens mêlée à la vanille dans la maison.

Fabrication du papier d’Arménie

Le benjoin utilisé dans ce papier est apprécié pour ses odeurs rappelant celles du baume, du sucre et des vanilles. Cette résine provient du styrax, un arbre qu’on trouve dans l’ancien Laos. Quand sa pousse atteint un diamètre de 15 cm, on pourrait récolter le benjoin brut dans les entailles qui se sont faites dans son écorce. On obtient jusqu’à 3 kg de benjoin d’un arbre par an. La proportion d’acide benzoïque dans le contenu de cette résine donne les caractéristiques antiseptiques du papier d’Arménie. La dissolution de la résine dans l’éthanol est obligatoire pendant 2 mois avant l’ajout des extraits des parfums. Concernant le papier buvard utilisé dans la fabrication de ce papier, il s’agit d’une fibre naturelle. Mais c’est l’ajout du mélange de résine et de parfum qui lui confère la teinte acajou. Après le trempage manuel et le séchage, on met les feuilles sous presse pendant 1 mois. Et c’est après 6 mois qu’elles subissent la perforation, le découpage, l’assemblage et la mise sous carnets. Par ailleurs, dans le souci d’optimiser le bien-être de ses clients, les fabricants du papier d’Arménie ont recouru à des analyses de laboratoires accrédités et des experts en toxicologie à l’intérieur. Cela a permis d’améliorer ses qualités. Rappelons que ces lamelles parfumées sont vendues en parapharmacie ou chez les buralistes ou sur les e-boutiques en ligne.

papier-armenie-parfumer-interieur

Utilisation du papier d’Arménie

Nos grand-mères avaient l’habitude de les placer dans leur armoire (sans les brûler évidemment), parmi les linges pour les parfumer. En fait, quand on allume ce papier, la feuille ne s’enflamme mais reste incandescente. L’odeur qu’elle dégage permet l’assainissement et la purification de l’air. On l’utilise ainsi comme désodorisant naturel. Il permet aussi de tuer les mites et de couvrir les odeurs fortes de cuisson dans la cuisine, de fumée des cigarettes ou des odeurs de chats ou de chiens. De toxicité moindre comparée aux encens, il est cependant déconseillé d’en utiliser à fortes doses sans aérer les pièces. Du fait que la lamelle ne se consume pas entièrement, elle exhale du monoxyde de carbone. Elles peuvent provoquer de migraines aux personnes sensibles et des troubles de respiration aux asthmatiques. Cependant, si on l’utilise en prenant soin de respecter la condition d’aération de la pièce, le papier d’Arménie est également censé de soulager l’asthme et la toux. Bref, ce produit écologique, peu onéreux et sans gaz propulseur est une alternative efficace aux parfums désodorisants d’intérieur. Il a également des propriétés désinfectantes, antiseptiques et expectorantes.

You may also like...